Rentrez littéraire !

rentrez littéraire ! 2014

Pour les libraires, la rentrée littéraire est un moment attendu, celui où nous pouvons découvrir des centaines de romans nouveaux, avec en tête un seul mot d’ordre : vous les conseiller à la rentrée, vous donner autant de plaisir à lire que nous en avons eu pendant l’été.
Voici notre première sélection.

    La sélection :

    A l'origine notre père obscur

    A l'origine notre père obscur

    De Kaoutar Harchi
    Sur commande, habituellement expédié sous 4 à 7 jours ouvrés Sur commande, habituellement expédié sous 4 à 7 jours ouvrés 17,80 €

    « Quelque part en Orient, on ne sait pas où précisément, une communauté de femmes vit recluse dans une grande demeure à l'orée de la ville. Bannies par les leurs parce qu'elles auraient sali l'honneur de leurs familles, elles ont si bien intégré leurs fautes qu'elles n'ont besoin ni de porte ni de gardien pour rester enfermées. Elles attendent là qu'on veuille bien les délivrer. C'est une enfant qui raconte. Elle est arrivée là avec sa mère quand elle était encore petite et elle raconte la vie à l'intérieur de cette demeure, l'enfermement, le poids des traditions... J'ai bien aimé ce livre. Ça change vraiment de ce qu'on peut lire habituellement. On a vraiment l'impression d'être avec ces femmes et on finit même par les comprendre. »
    Camille - Librairie L'Armitière, Rouen

    « Dans la « Maison des femmes » se retrouvent, comme dans une secte, des femmes qui ont été mises à l’écart par un frère , ou un mari, et qui sont supposées « fautives » de quelque chose selon les lois patriarcales. Toutes attendent que leur punition soit levée, seule LA MERE n’y croit pas, qui est là avec sa fille ; sa belle famille, riche et puissante, a interdit à l’époux de venir les libérer. Après que sa mère se soit laissée mourir, et avec l’aide de carnets retrouvés dans lesquels surgissent des secrets de famille terribles, la fille analyse ce qu’elle a enduré dans cette « Maison des femmes » : l’enferment et l’indifférence de LA MERE, l’absence et le manque d’amour du père puis les mensonges , les calomnies et la jalousie d’un demi-frère. Partout, ces femmes sont en quête d’amour, mais malgré le tragique de leur quotidien, elles restent debout. A travers le thème de la femme, de la féminité, du corps qui n’appartient qu’à soi, on ressent le poids et la violence des traditions, des croyances et des idées dont ces femmes ne veulent pas, ainsi que leur aspiration à devenir libres et libérées. Un roman fort, une écriture simple mais exigeante et talentueuse. »
    Christine - Librairie Ravy, Quimper

    Le Ruban

    Le Ruban

    De Ito Ogawa
    Indisponible sur notre site Indisponible sur notre site

    « C'est l'histoire de Hirabi qui, avec sa grand-mère Sumire, aime observer les différents oiseaux. Un jour, elle trouve un oeuf qui était tombé du nid. Sa grand-mère décide de glisser l'oeuf dans son chignon pour le couver elle-même. Lorsque l'oeuf a éclôt, elle offre l'oiseau à sa petite-fille. Elle lui donne un nom, "Ruban", une manière de symboliser le lien qui les unit toutes les deux... C'est le deuxième roman d'une toute jeune Japonaise. J'avais déjà adoré "Le restaurant de l'amour retrouvé" et je ne suis pas déçue par celui-ci car on y retrouve la magie et la délicatesse de son auteur. Mon gros coup de coeur de la rentrée. »
    Graziella - Librairie L'Armitière, Rouen

    Nos disparus, roman

    Nos disparus

    roman
    De Tim Gautreaux
    Traduit par Marc Amfreville
    Sur commande, habituellement expédié sous 4 à 7 jours ouvrés Sur commande, habituellement expédié sous 4 à 7 jours ouvrés 23,00 €

    « Sauvé in extremis du massacre de sa famille, débarqué en France le 11 novembre 1914 Sam Simoneaux est surnommé Lucky par une jeune orpheline française qu’il sauve. Rentré à La Nouvelle-Orléans, il reprend sa vie auprès de son épouse mais sa chance tourne quand une petite fille est enlevée quasiment sous ses yeux. Rongé par le remord et la culpabilité il se consacre à retrouver la petite Lily et se fait embaucher sur un vieux bateau à aube, dancing flottant, qui remonte le Mississippi le temps de la belle saison. Quand Sam parvient à retrouver la trace des kidnappeurs il se trouve confronté à un cas de conscience. Tim Gautreaux nous fait revivre toute une époque, celle de l’Amérique des années 1920 : fête, musique, prohibition, violence et nous laisse en mémoire plusieurs scènes marquantes ainsi qu’une pléiade de personnages plus (d)étonnants les uns que les autres et surtout trois figures d’orphelins inoubliables. »
    Valérie - Librairie Ravy, Quimper

    « Responsable de la sécurité dans un grand magasin, Sam Simoneaux ne parvient à empêcher le rapt d’une fillette. Les parents de cette dernière, le jugeant responsable, lui demandent de la retrouver. Remontant le Mississippi à bord d’un bateau à aubes, entre la Louisiane et la Nouvelle Orléans, le voilà embarqué à la recherche de la petite Lily. Un voyage sur fond de jazz endiablé, qui le mènera vers les rives de son passé. 7
    Alix - Librairie Le Bateau Livre, Lille

    « Après Le dernier arbre qui nous conduisait au fin fond d’une exploitation forestière du sud des Etats-Unis, Tim Gautreaux nous embarque au rythme d’un bateau à vapeur qui navigue le long du Mississippi. Sam Simmoneaux est miraculeusement rescapé d’une tuerie qui a vu le clan Cloat décimer toute sa famille alors qu’il n’était qu’un bébé. En 1921 en Louisiane à son retour de la guerre en Europe, où il était chargé du déminage, il travaille comme responsable de la sécurité dans un grand magasin. L’enlèvement d’une petite fille bouleverse sa vie et le lance sur les traces des ravisseurs. Pour ce faire, il se fait engager dans l’équipage du Steamboat sur lequel les parents de la fillette sont musiciens de jazz. Son enquête va lui faire croiser la famille Cloat et le renvoyer à son propre passé. Nos disparus est un roman qui mêle une intrigue originale à des descriptions somptueuses des paysages sauvages : le Mississippi, mais aussi les forêts et les bourgades perdues de l’arrière-pays peuplées d’individus sans foi ni loi au comportement bestial et violent. Au-delà, c’est une belle réflexion sur la justice… et l’injustice, le sentiment de culpabilité, la vengeance et le pardon. »
    Géraldine - Librairie Dialogues, Morlaix

    « "Nous ne sommes pas censés être blessés", gémissent les hommes sur les champs de batailles vides, sur les bateaux, dans leurs maisons; le héros de ce roman, qui semble long comme la vie, marche sur un fil. Notre histoire commence sur un bateau, en route vers la France en 1918: voilà quel est le sort de ce héros, Sam Simmoneaux: sur un bateau vers la mort. Pourtant celle-ci ne survient pas; sitôt les premières pages, les attentes du lecteur sont désamorcées... Simmoneaux et son unité arrivent en France le jour de la signature de l'Armistice. Ce long roman commence après la guerre et l'errance de ce personnage cervantesque, naïf, remarquablement dépourvu d'obscurité mais au contraire transparent dans ses intentions et ses actions, commence au milieu d'un champ de bataille... après la guerre. C'est encore un art du roman admirable que celui de Tim Gautreaux; ici, chaque chapitre est presque autonome; c'est un scène nouvelle, un lieu nouveau, un entourage différent pour le héros. Il peut s'écouler une heure ou une année, dans la page blanche qui sépare deux chapitres. Alors, comme Sam Simmoneaux, on est un peu perdu: quelle est l'histoire qu'on va maintenant nous apprendre? Chaque chapitre est l'occasion d'une histoire, d'une confusion et d'un lieu où l'on ne sait pas si c'est l'histoire du héros, de l'humanité ou du lecteur qui est en jeu. On ne sait guère où l'on nous mène, mais, une fois arrivé, on est un peu perdu, comme un voyageur qui s'est endormi au cours d'un long voyage et qui ne sait plus, arrivé à sa destination, si ce voyage il ne l'a pas rêvé. »
    Alexeï - Librairie L'Esperluète, Chartres

    « Les années 20, la Louisiane. Sam Simoneaux entame une quête pour retrouver une petite fille disparue. Il embarque alors comme 3ème lieutenant sur un steamer le long du Mississippi. Nous traversons avec lui les ambiances, le climat et les paysages des bayous. A la façon des cinéastes, Tim Gautreaux nous entraîne dans un road-movie captivant ponctué de musique jazz. Par son son écriture brillante et poétique, il aborde les questions de culpabilité et d'absurdité de la vengeance. Après "Le dernier arbre", Tim Gautreaux confirme qu'il fait partie des grands écrivains de romans noirs d'aujourd'hui. Magistral ! »
    Elise - Librairie La Galerne, Le Havre

    Le triangle d'hiver

    Le triangle d'hiver

    De Julia Deck
    Sur commande, habituellement expédié sous 4 à 7 jours ouvrés Sur commande, habituellement expédié sous 4 à 7 jours ouvrés 14,00 €

    « J'avais lu (et adoré) le précédent roman de cette auteure. Là encore, c'est une histoire un peu dérangeante. L'errance énigmatique d'une jeune femme, belle et séduisante. Sans travail, criblée de dettes, elle quitte Le Havre sur un coup de tête avec l'argent dérobé dans le porte-feuille d'un amant d'un soir. Direction Saint-Nazaire. Des bras d'un homme à ceux d'un autre, sa course la mène de port en port et la voici bientôt à Marseille. Elle s'invente un nom, prétend qu'elle est écrivaine, ment et triche sans que jamais on ne comprenne vraiment pourquoi. Intrigant mais très agréable à lire, j'ai beaucoup aimé ! »
    Alexandra - Librairie L'Armitière, Rouen

    « Peut-on encore être soi-même en usurpant l'identité d'un personnage de fiction ? Julia Deck trouble le jeu – et le je – avec ce roman des faux-semblant – faux-semblant de l'identité, de l'amour et de nos vies sociales – où les apparences sont trompeuses et la vérité grise comme les eaux des ports du Havre, de Saint-Nazaire et de Marseille, escales maritimes du « Triangle d'hiver ». Et si la vie n'était que fiction ? »
    Manuel - Librairie La Buissonnière, Yvetot

    « Mademoiselle est Bérénice Beaurivage, ou plutôt elle aimerait l'être : ce personnage d'écrivain de Rohmer serait si agréable à endosser. Et puis, elle ressemble tant à Arielle Dombasle qu'on pourrait s'y perdre. Alors elle chipe et ment à tous les étages pour parfaire l'illusion. L'Inspecteur se laisse prendre dans ses filets, mais l'Inspecteur a une autre femme dans sa vie, une certaine Blandine Lenoir, qui n'a pas l'intention de rester les bras croisés... A partir d'un triangle amoureux des plus classiques, Julia Deck nous promène de bout en bout. Mademoiselle sera-t-elle confondue ? Sommes-nous interchangeables ? Un roman génial à devenir fou. »
    Caroline - Librairie Dialogues, Brest

    « Après un premier roman déjà magistral, il fallait relever le défi pour Julia Deck. Elle fait mieux avec son nouveau livre qui met en scène une femme égarée, un portrait magnifique. C'est la trame commune avec son premier livre, mais c'est une tout autre perte qu'elle explore, pas celle de ses repères comme pour Viviane Elisabeth Fauville, sa première héroïne, mais de la mémoire. Métaphore aussi du cycle, du recommencement, le lecteur navigue de port en port, du nord au sud de la France (Le Havre, Saint Nazaire, Marseille), dans un triangle qui est aussi une boucle, un renouveau. »
    Olivier - Librairie L'Esperluète, Chartres

    « Mademoiselle, ou bien Bérénice, ou encore B.B.c'est selon, prend le large entre Le Havre, Saint Nazaire et Marseille. Envie de changer d'identité pour mieux se perdre ou se trouver ? C'est tout l'art de Julia Deck de balader avec un talent indéniable son héroïne autant que son lecteur. Elle brouille les pistes et nous mène en bateau en faisant voler en éclat les codes du roman et ce, sans que l'on en perde le fil. Cette construction originale rend le roman audacieux et osé le tout pimenté d'une certaine malice. Surprenant et drôle, Le triangle d'hiver est indiscutablement un livre hors du commun et sensationnel ! »
    Stéphanie - Librairie La Galerne, Le Havre

    Debout payé

    Debout payé

    De Gauz
    Sur commande, habituellement expédié sous 4 à 7 jours ouvrés Sur commande, habituellement expédié sous 4 à 7 jours ouvrés 17,00 €

    « C'est l'histoire d'un étudiant ivoirien devenu vigile dans un magasin "Camaïeu" de Bastille et un "Séphora" aux Champs-Élysées. Depuis son poste d'observation, Ossiri décrit ce qu'il voit, c'est-à-dire nous... et c'est très bien vu ! Ses réflexions, les choses vues et entendues, il les note et nous les livre dans une sorte de petit glossaire, qui vient ponctuer son histoire, celle d'un émigré africain à Paris. C'est souvent drôle, grinçant parfois mais toujours très juste. Je suis sûre qu'après avoir lu ce livre, vous ne regarderez plus les vigiles comme avant... »
    Céline - Librairie L'Armitière, Rouen

    « Gauz est un jeune ivoirien venu tenter sa chance en France dans les années 1990 comme des centaines d'autres. Dans ce roman hors-norme, il rend hommage à tous ces africains qui, depuis les années 60, conjuguent leur culture d'origine à la modernité française. Sous le regard de Gauz, c'est aussi la France qui surgit pour le meilleur et pour le pire. Dans un même temps, dans des chapitres intercalaires, il nous jette pêle-mêle ses réflexions, ses impressions et ses souvenirs de vigile dans des grandes enseignes parisiennes : c'est drôle et irrévérencieux. Un petit délice de lecture. »
    Olivia - Librairie La Buissonnière, Yvetot